2020 ouvre une nouvelle décennie qui doit être celle du Développement Durable et du développement économique à impact positif. Depuis plusieurs mois,  je suis parti à la rencontre de nombre d’acteurs économiques, nombre d’entre vous, dans notre démarche plus globale de co-construction de notre projet pour Brest avec les Brestoises et les Brestois. Le projet que nous portons est le fruit de ce travail commun et de ces échanges.

Lors de mes rencontres avec vous, j’ai à chaque fois posé cette question : qu’attendez-vous du futur Maire-Président ? Systématiquement, vous m’avez répondu qu’enfin les élus se mettent au service des acteurs économiques pour faciliter vos projets et non pas les freiner. Il ne suffit pas de croiser les entrepreneurs et chefs d’entreprises au Stade pour penser qu’on les soutient, cela doit s’incarner dans les actes. Les élus doivent être au service de celles et ceux qui font et créent et il en va de même de l’administration ou des satellites de la métropole tels que BMA.

Mais avant de rentrer dans le détail concret de ce que nous allons proposer pour l’attractivité et le développement économique de notre territoire, permettez-moi de vous donner d’abord la vision de que nous défendons pour Brest en tant que progressistes. Face aux enjeux démocratiques, sociaux et écologiques que nous devons relever – tous ensemble -, dans un monde transformé chaque jour par les innovations technologiques, nous devons faire de Brest un territoire :

  • d’inclusion, c’est-à-dire qui permet à chacun de trouver sa place, car c’est un enjeu social et économique,
  • de mobilité sociale, c’est-à-dire développer les possibles de chacun en permettant et facilitant la réussite sociale et économique de toutes celles et tous ceux qui prennent des risques pour faire et créer,
  •  et enfin d’innovation, source de création de valeur économique et sociale.

Brest doit être un territoire de progrès qui développe les possibles de chacun et assure en même temps l’inclusion du plus grand nombre, dans l’action économique, politique comme dans les choix de la cité. Nous traduirons ces principes en engagements et en actions concrètes. Commençons.

Sur le thème de la sécurité, tout d’abord. Nous faisons le choix du réel en affirmant que le Maire de Brest doit agir en créant notamment une police municipale. La sécurité est un droit fondamental : sans elle, pas de liberté, pas d’égalité et encore moins de prospérité économique.

En matière d’action publique, nous prenons également le parti de la transparence de la décision politique, de l’efficience et de l’agilité. Vous ne trouverez pas dans notre programme de projets fastueux. Notre volonté est d’œuvrer à renforcer la qualité de vie à Brest, d’améliorer les services rendus pour chaque habitant tout en faisant preuve de sobriété dans notre consommation de ressources naturelles et économiques et donc dans notre utilisation de l’argent public et du contribuable. Cette philosophie nous conduit notamment à proposer de préférer, au projet actuel de deuxième ligne de Tramway, un Trolley Nouvelle Génération, afin de couvrir un plus grand nombre de kilomètres et d’offrir une mobilité verte efficace qui desserve davantage d’habitants pour un coût inférieur au projet de la majorité sortante.

D’ailleurs, concernant la transition écologique, le programme que nous portons prend le parti du développement durable face à l’écologie punitive. Nos propositions s’inscrivent en effet dans les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. Le 25 septembre 2015, les chefs d’États et de gouvernements réunis au sein de l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté un plan d’action d’une ampleur jamais égalée pour transformer notre monde. L’Agenda 2030 traduit en 17 objectifs de développement durable ce que doit être notre trajectoire collective d’ici 2030 pour un développement humain soutenable. C’est notre ambition et notre engagement.

C’est dans ce cadre que nous avons construit notre vision et nos propositions concernant la création et l’entrepreneuriat, en affirmant clairement la mission que s’est donnée notre liste, composée de nombreux commerçants, entrepreneurs et chefs d’entreprise : libérer les énergies de notre territoire. Les élus comme l’administration doivent le moins possible faire « à la place de », mais accompagner celles et ceux qui veulent agir. Nous devons être les facilitateurs de celles et ceux qui créent, que ce soit dans le monde culturel, artistique, associatif, de l’éducation, de la recherche ou encore de l’entreprise. Elus et acteurs économiques ne doivent plus se regarder avec désintérêt mais coopérer au service de la prospérité économique. Notre projet prend clairement le parti des créateurs avec de nombreuses propositions qui visent à faire de Brest un territoire d’expérimentation et à redynamiser le commerce, l’artisanat ou encore l’innovation.

Je souhaite vous présenter nos propositions pour le monde économique selon 5 axes, le commerce, le tourisme, l’accessibilité, l’innovation et enfin la valorisation de nos talents.

COMMERCE

Nos commerces, en cœur de ville comme dans nos quartiers, sont essentiels au rayonnement de Brest et à son attractivité mais ils ont subi en quelques années les travaux de la première ligne de Tramway, de nouveaux modes de consommation et une montée de l’insécurité, provoquant fermetures et éloignement des clients vers la périphérie.

Nous avons pour eux 2 objectifs : Soutenir nos commerces de proximité par des actions combinées sur l’animation, la sécurité et des réaménagements urbains, en concertation avec les commerçants. Et redonner vie à des quartiers, en favorisant l’installation de commerçants et d’artisans.

Je ne reviens pas sur nos propositions concernant la sécurité, pour tout de suite aborder la question du stationnement, tout d’abord. Améliorer la circulation automobile et le fonctionnement du stationnement est essentiel pour redynamiser le commerce. Pour cela nous allons :

  • Remplacer la gratuité inefficace du stationnement le samedi matin par la généralisation d’une 1ère heure gratuite, sur l’ensemble de la zone orange, tous les jours de la semaine.
  • Développer l’utilisation des parkings souterrains existants par un meilleur fléchage dans les rues et des tarifs préférentiels en comparaison du stationnement de surface.
  • Contractualiser avec les parkings privés d’entreprise ou de copropriétés, souvent très peu occupés.
  • Créer deux parkings verticaux végétalisés : un sur le port, l’autre à Kerfautras. Objectif : stopper la pollution des véhicules qui « tournent » pour rechercher un stationnement.
  • Supprimer la voiture LAPI (Lecture Automatique des Plaques d’Immatriculation), afin de mettre fin à une répression sans discernement autour des stationnements gênants, qui seront pris en charge par la Police Municipale.

Toujours pour le commerce, nous aurons également une ambition pour nos marchés avec la rénovation des halles de Kérinou, le réaménagement de Saint Louis ou encore l’installation d’un auvent à Saint-Martin sur la façade des Halles faisant face à la rue Danton.

Nous allons également faciliter l’installation de commerces de proximité et d’artisans dans les quartiers, en développant l’achat et la préemption des locaux vacants dans les quartiers, afin de faciliter l’installation de commerçants indépendants et d’artisans. Nous souhaitons notamment créer un pôle d’excellence de l’artisanat et des métiers manuels à Recouvrance, avec pour objectif de développer l’excellence française et préserver le patrimoine vivant.

TOURISME

Cette proposition me permet de rebondir sur le deuxième axe que je souhaitais aborder avec vous, celle du tourisme.

Nous souhaitons clairement développer les escales de paquebots sur le port, qui bénéficieront aux commerces grâce à notre réseau de Trolley Nouvelle Génération qui passera par le port. Sur cette base, nous ferons la demande de classer Brest en zone internationale touristique (ZIT), ce qui nous permettra de développer l’ouverture des magasins le dimanche. La réglementation le permet et nous devons l’exploiter pleinement aux services des commerçants qui le souhaiteraient. Autour de cette ambition touristique, nous allons coordonner les acteurs territoriaux autour du développement du tourisme national et international, le tourisme mémoriel, de croisière, industriel et d’affaires. Pour cela, il nous faudra développer les moyens de Brest Terre Océane (BTO).

Nous allons également développer un parcours pour découvrir Brest autrement, appuyé par un service de location de petits véhicules électriques et originaux, avec ou sans permis, à l’heure ou à la journée.

Enfin, et toujours dans cette ambition touristique qui doit également servir tous les habitants, nous créerons une promenade continue entre le bas de Siam et les Capucins, en passant par Recouvrance et le Parc Jean Bart.

ACCESSIBILITÉ

Forcément liée au tourisme, mais pas uniquement, se pose également aux décideurs publics la question de l’accessibilité de notre territoire.

Il y a un sujet totem, un serpent de mer, qui occupe les discussions depuis des années, c’est celle de l’accessibilité de notre territoire par train en moins de 3 heures depuis Paris. En tant que Brestois, moi le premier, j’aimerais pouvoir me rendre à Paris en moins de 3 heures. Mais en tant que candidat j’ai aussi un devoir de vérité : personne ne mettra dans les années qui arrivent les milliards nécessaires sur la table pour rendre cela possible. Et si, en tant que candidat, je place mon énergie dans cette bataille, alors je ne pourrais pas me concentrer sur d’autres batailles que nous pouvons, elles, gagner. Pour ma part je vais donc me battre pour :

  • Défendre les projets d’une desserte Brest – Paris quotidienne en train en 3h15 et d’une connexion wifi tout au long du trajet à bord de tous les trains.
  • Militer pour l’amélioration du transport interurbain et améliorer nos connexions ferroviaires avec Quimper et Nantes avec des lignes directes.
  • Améliorer la desserte de l’aéroport, en prenant en compte les exigences d’une mobilité verte.
  • Développer un réseau de Trolley Nouvelle Génération permettant de desservir plus de zones économiques, plus de quartiers et sans coût supplémentaire.

Toujours sur le thème de l’accessibilité de notre territoire, nous allons offrir aux jeunes entrepreneurs installés à Brest un pass SNCF pour les aider à financer leurs rendez-vous à l’extérieur de Brest.

INNOVATION

4ème axe de ma présentation du jour, l’innovation. Je ne réduis pas du tout ce sujet aux startups ou jeunes entreprises innovantes, c’est pour moi un sujet qui concerne tous les acteurs économiques, du commerce au grand groupe, en passant par les artisans ou les entreprises familiales. Car c’est dans l’innovation que se trouvent les gisements de richesse au XXIème siècle et notre capacité à répondre aux enjeux de notre époque, notamment face au changement climatique, car pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris je ne fais pas parti des pessimistes ou des déclinistes, je crois au progrès.

Nous devons continuer à accompagner et même accélérer le développement d’écosystèmes d’innovation sur notre territoire et notamment autour de la transition écologique. J’ai la conviction profonde que Brest a tous les atouts pour devenir un territoire inspirant en matière d’innovation écologique, de responsabilité sociétale et de développement durable. Brest doit être un territoire d’expérimentation et d’innovation et la puissance publique doit prendre toute sa part. C’est pourquoi nous allons investir 160 millions d’euros pour la transition écologique. A niveau d’imposition constant, la capacité d’investissement de la ville et de la métropole sur 6 ans est d’environ 500 millions d’euros. Nous proposons d’investir 1/3 de ce budget à ce que nous considérons être l’enjeu majeur de notre époque : la transition sociale, écologique et numérique. Grâce aux nouvelles technologies, ce plan d’investissement va permettre d’optimiser la gestion quotidienne de notre Ville et de la Métropole par le suivi et l’amélioration des flux : trafic routier, transports, collecte des déchets, gestion des bâtiments et des espaces verts, consommation d’énergie, consommation d’eau, sécurité. Un investissement massif qui va nous permettre de réaliser sur le moyen et le long terme d’importantes économies. Ce plan sera l’occasion de lancer de nombreux appels à projets et d’expérimentation, conduits dans le cadre de partenariats public/privé favorisant l’innovation : par exemple sur l’éclairage solaire urbain ou les questions de mobilité. Nous développerons l’Open Data pour permettre à de jeunes entreprises innovantes d’imaginer de nouveaux services et nous digitaliserons les process administratifs avec un objectif de 100% de démarches en ligne en 2022.

Toujours pour faciliter le développement d’écosystèmes d’innovation sur notre territoire, nous soutiendrons bien entendu les acteurs de l’écosystème (Cantine numérique, French Tech Brest +, accélérateurs privés, etc.) et nous mettrons en place une semaine de l’innovation dans les domaines du social, de l’environnement et de la santé. Cet événement aura pour objectif de favoriser les collaborations inter-écoles et universitaires, la rencontre des talents et l’émergence de nouveaux projets.

En matière d’innovation enfin, nous aurons une ambition particulière pour le Technopôle, pour affirmer et développer son rôle central dans l’économie brestoise. Pour cela nous allons :

  • Améliorer son accessibilité grâce à notre Trolley Nouvelle Génération.
  • Développer les liens et les coopérations entre les différents acteurs, en faisant la promotion des synergies et des innovations codéveloppées.
  • Valoriser auprès des étudiants français et étrangers, les enseignants chercheurs, l’attractivité du territoire et la vie étudiante brestoise.
  • Valoriser les travaux de recherche notamment par la mise en œuvre d’opérations de portes ouvertes des entreprises, des universités et des centres de recherche.
  • Promouvoir le Technopôle comme un campus de recherche, d’affaires et d’études, bénéficiant d’une haute qualité de vie, apte à attirer et retenir les talents.

TALENTS

Enfin, je terminerais avec la question des talents de notre territoire. Attirer de nouveaux talents, cela passe déjà par valoriser celles et ceux qui se trouvent sur notre territoire. Vous.

La collectivité doit soutenir pleinement ses entrepreneurs et valoriser leurs activités. C’est un enjeu majeur de développement économique et d’attractivité. Les élus doivent, avec les entrepreneurs de leur territoire, devenir les VRP de Brest et faire rayonner notre ville au-delà de la Bretagne et de la France.

Nous avons, dans ce cadre, décidé de faire plusieurs propositions :

  • Nous allons valoriser les entreprises du territoire en créant le statut « d’Ambassadeur de Brest. » Des Ambassadeurs que nous valoriserons dans les communications territoriales autour du développement économique et de l’attractivité et dont la mission sera justement de faire rayonner notre territoire. Des Ambassadeurs qui seront mis à l’honneur lors d’une cérémonie annuelle où ce ne seront pas les élus qui seront mis en lumière, mais celles et ceux qui créent. Nous aurons d’ailleurs une attention particulière pour la valorisation de l’entrepreneuriat et l’innovation au féminin en offrant davantage de visibilité aux femmes qui ont des responsabilités dans les métiers de l’ingénierie et du numérique.
  • Nous allons également soutenir les nouveaux talents en demandant aux chefs d’entreprise expérimentés de parrainer de jeunes entrepreneurs, afin de les conseiller et de les accompagner dans le développement de leur entreprise.
  • Nous souhaitons également créer un club des Brestois expatriés composé d’entrepreneurs, de chercheurs, de salariés qui travaillent en France ou à l’international. Ce club aura pour vocation de faciliter leur retour au pays.

Afin d’être aux services des entreprises, nous allons également créer un guichet d’accueil pour les entreprises. Sa mission : accueillir les porteurs de projet et les mettre en connexion avec les élus et les administrations pour faciliter leurs démarches et leur développement. Dans ce cadre, nous allons d’ailleurs conduire un état des lieux portant sur le réseau des structures de développement : pépinières, hôtels des entreprises, incubateurs et fonds d’investissement.

L’occasion pour moi d’ailleurs de souligner que lors de mes nombreuses rencontres avec des entrepreneurs et chefs d’entreprises, il m’a été remonté trop souvent que certains satellites de la collectivité, BMA par exemple, devenaient des freins au développement économique. C’est pourquoi nous allons lancer dès mon investiture un audit complet des finances et du fonctionnement de l’ensemble de la collectivité et des sociétés de gestion publiques et parapubliques qui dépendent de la Ville ou de la Métropole. Tout ce qui n’est pas ou plus utile au développement de notre territoire sera réorganisé ou supprimé.

CONCLUSION

Pour terminer mon intervention, j’espère que vous l’aurez compris, notre projet est pro-entreprise et pro-entrepreneurs. Nous n’avons pas peur de le dire, nous sommes des progressistes libéraux. Ni des néo-libéraux, ni des ultra-libéraux, mais des libéraux qui font de la liberté d’entreprendre et de créer une valeur fondamentale. Cela se traduira dans notre mandat par une vision des élus, non pas décisionnaires, mais facilitateurs de celles et ceux qui font, créent et prennent des risques pour cela. Cela se traduit également par notre opposition à cette extrême gauche qui considère que la richesse économique est là et qu’il suffit de la partager. Non, pour pouvoir la partager il faut, avant, la créer.

Depuis des mois, vous êtes de plus en plus nombreux à nous affirmer votre souhait de changement.  Nous sommes cette possibilité de changement durable. Ensemble, nous allons affirmer notre fierté d’être Brestois, en replaçant notre ville sur la carte, en la reconnectant au monde et en la projetant enfin dans le XXIème siècle. C’est en votant les 15 et 22 mars que vous pouvez être les acteurs du changement et de notre destin collectif pour une ville que nous aimons et initier ce changement en choisissant la liste “Marchons pour Brest !”