Brestoises, Brestois,

Candidat aux élections municipales de Brest, je souhaite bâtir ce projet par la co-construction ; aller à votre rencontre dans vos quartiers et ainsi vous mettre au cœur de cette campagne et des six années du mandat. Cette démarche me permettra de vous présenter toutes les propositions de notre projet en février 2020.

Néanmoins, je souhaite d’ores et déjà affirmer certaines de mes ambitions. Même si elles ne sont pas consensuelles, ce sont mes convictions, je les assume car je les pense utiles aux Brestois. Aussi, je vous ferai trois propositions thématiques avant la fin de l’année. La première d’entre elles est l’objet de cette lettre que je souhaitais directement vous adresser. Maire de Brest, je jugerai indispensable une refonte de notre politique de sécurité.

La situation de la sécurité à Brest s’est spectaculairement dégradée ces dernières semaines, et de façon plus sourde et continue ces dernières années. Les règlements de compte armés entre bandes rivales, les incendies de voitures, les nouvelles délinquances de bandes issues des pays de l’Europe de l’est, les maisons squattées, les attaques à la personne… autant de « phénomènes » qui épargnaient jusqu’alors notre ville. Mais Brest n’est plus cette exception. Les Brestoises et les Brestois ne doivent plus avoir peur dans leur ville. La liberté de circulation est un droit fondamental.

La légitime demande de sécurité des Brestoises et des Brestois doit être clairement prise en compte sans s’en tenir à des postures politiciennes coincées dans l’idéologie du siècle dernier. Brest est aujourd’hui, à taille comparable, la seule ville de France à ne pas disposer de Police Municipale. Je ne serai pas le Maire du commentaire qui n’a pour seule réponse « C’est à l’État d’agir ». Je veux être au contraire le Maire de l’action !

Je propose donc tout d’abord la mise en place d’une Police Municipale disposant de tous les moyens de son action. Elle travaillera en parfaite complémentarité avec la Police Nationale et la soulagera sur certaines de ses missions. Cela nous permettra notamment de doubler le nombre de patrouilles en soirée et la nuit. La mise en œuvre de cette Police Municipale, de minimum 50 agents, se fera à budget constant sans prélèvement supplémentaire pour le contribuable.

Maire de Brest, ayant fait ces propositions concrètes de création de Police Municipale, je solliciterai le ministre de l’Intérieur afin de construire avec l’État le nouveau contrat de sécurité dont Brest a besoin. Ce contrat sera évalué à mi-mandat avec l’ensemble des parties prenantes.

Il n’est pas tolérable que la majeure partie des femmes qu’on interroge à Brest dit éprouver un sentiment d’insécurité et renonce pour cette raison à certaines activités. J’entends également de nombreux parents exprimer l’inquiétude de voir leurs enfants venir en ville le soir. Je ne m’y résigne pas. Nous mettrons en place, en lien avec la Police Municipale, un premier dispositif de vidéosurveillance de la place de Strasbourg jusqu’à Recouvrance. Ceci afin de restaurer un espace de confiance là où il a disparu.

Dans une démarche réellement participative, je proposerai de créer également des Conseils de vie de quartiers (en remplacement des actuels CCQ – Conseil Consultatif de Quartier). Je souhaite que ceux-ci puissent, si de besoin, préconiser la mise en place de systèmes de vidéoprotection dans telle ou telle partie de l’espace public de leur quartier afin de renforcer la prévention, limiter le coût des dégradations, et favoriser une meilleure élucidation des éventuels crimes et délits. Cette vidéoprotection sera généralisée autour des bâtiments publics de notre ville

Ces propositions seront accompagnées d’une refonte profonde de la politique de prévention et de médiation que nous réaliserons en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés. Les missions doivent être mieux définies, plus précises et mieux coordonnées dans un dispositif global. Elles doivent s’appliquer sur le terrain de manière active, dans les écoles notamment et à travers nos services publics. Elle s’accompagneront d’un soutien aux associations qui œuvrent dans le domaine de la prévention.

Je souhaite enfin que Brest permette de manière effective au ministère de la Justice de déployer le Travail d’Intérêt Général, dont notre collectivité n’use presque pas. Réparer là où le délit a été commis, cela présente à mes yeux une vertu pédagogique incomparable. Cela pourrait être le cas, par exemple, au sein du service propreté qui lutte contre les tags.

Chaque jour, vous me dites attendre des réponses concrètes à ces questions. Je l’entends et formule donc sans excès ni naïveté, ces premières propositions que nous rendrons effectives dès l’année prochaine.

Je veux être le Maire de l’efficacité !
M. Coatanéa

Catégories : Proposition